La naissance de l'agriculture en Egypte antique : du village à l'Etat | Les céréales

La naissance de l'agriculture en Egypte antique : du village à l'Etat

Pour commencer cette visite dans les collections égyptiennes du musée du Louvre, partons à la découverte du rôle des céréales et des produits céréaliers dans la création des villes et leur importance dans le développement des civilisations.

La civilisation égyptienne témoigne, avec d’autres contemporaines, de l’un des moments-clefs de l’histoire de l’humanité, quand l’Homme a quitté de manière définitive une vie de nomade pour s’approprier un territoire défini et limité. C’est la naissance du village, rendue possible par la mise en production et la gestion des ressources, notamment agricoles. La maîtrise des céréales est, avec la domestication des animaux et le pastoralisme, à l’origine même de ce changement radical et irréversible. Même si le Levant a été précurseur, ce qui s’est passé en Egypte marque un tournant.

 

Les premiers villages égyptiens remontent au VIe millénaire avant notre ère, et sont regroupés sur les rives du Nil. La configuration du pays est exceptionnelle. Bien que le climat fût dans les premiers temps moins aride qu’aujourd’hui, la région paraît inhospitalière. Elle est toutefois opportunément irriguée par le fleuve Nil, qui offre sur plus de 6 500 kilomètres, depuis ses sources jusqu’au delta, un long corridor de vie au milieu du désert. Aujourd’hui encore, une vue aérienne de nuit de l’Egypte (ci-contre) montre à quel point la vallée du Nil est la colonne vertébrale du pays.

 

En s’installant dans des villages, le rapport à l’autre change. La sédentarisation oblige à une gestion des productions, notamment périssables. La société s’organise et se complexifie, les hiérarchies s’accentuent, les métiers apparaissent. Le paysan égyptien cultive les céréales domestiquées sur un sol défini et attribué par la communauté. Il a pour charge de nourrir la population. La société dans laquelle il évolue voit l’émergence de chefs au pouvoir de plus en plus affirmé, qui protègent le village et le territoire associé. Le chef crée aussi une dépendance vis-à-vis de lui, en s’assurant la distribution des surplus. Cette dépendance, et la protection qu’il apporte en retour, justifient l’emprise qu’il prend sur ses contemporains. Ainsi, la prise en main et la conservation/distribution des productions, notamment céréalières, sont des facteurs majeurs de l’émergence des pouvoirs et de la naissance des civilisations.

En Egypte, le changement de mode de vie s’est déroulé avec une étonnante rapidité. Le chef de village et de territoire s’est vite figé sous les traits d’une figure royale qui a réussi l’unification politique de plusieurs villages puis régions pour former un état. A partir de la première moitié du IVe millénaire avant notre ère, régnant sous le titre de Pharaon, ces rois vont en quelques siècles seulement dominer tout un pays et léguer au monde une de ses plus fascinantes cultures ainsi que d’imposants monuments. A la même époque, l’Europe de l’Ouest se couvre de menhirs, et la civilisation qui les a érigés nous a malheureusement laissé bien moins de traces nous permettant aujourd’hui de comprendre la complexité de son organisation.

 

Cet article est un épisode issus d'un parcours de visite au musée du Louvre, qui permet de poser un autre regard sur les céréales et les produits céréaliers et d’en découvrir la dimension symbolique et sacrée à l’époque pharaonique.

>> Retour au sommaire de la visite

Et découvrez les autres visites thématiques au musée du Quai Branly – Jacques Chirac et au musée d'Orsay.

D'autres articles du même auteur
Marquette-lez-Lille (Nord), les grands moulins construits en 1921.
Culture
Les 17 et 18 juin se tenaient les vingtièmes Journées du Patrimoine de pays et...
Culture
Reportages
Alors que les moissons sont terminées et à quelques jours des Journées...
Culture
Reportages
Les fermes jalonnent les terroirs de Champagne, de Lorraine et d’Alsace. Chaque...