Spécialités céréalières régionales et recettes emblématiques | Les céréales

Spécialités céréalières régionales et recettes emblématiques

Chouquettes au sucre perlé
Chouquettes au sucre perlé
Fotolia

Gaufre fourrée nord-pas-de-calaisienne, pissaladière niçoise, kouign-amann breton, kougelhopf alsacien… Du Nord au Sud, d’Est en Ouest, nous retrouvons partout en France des spécialités céréalières emblématiques de chacune de nos régions.

Les céréales sont cultivées sur tout le territoire et chaque région possède un patrimoine culinaire céréalier unique et riche. Nous apprécions les découvrir et les déguster lors de nos voyages dans les différentes régions de France. Ce sont aussi les petits souvenirs que nous ramenons à nos amis pour partager avec eux le goût des vacances à notre retour.

Ces recettes céréalières peuvent être consommées quotidiennement, en étant considérées comme la base de l'alimentation ou plat des pauvres pour certains. Mais elles peuvent tout autant être des consommations exceptionnelles, marqueurs du temps car réservées à une fête calendaire ou un changement de saison. Ce sont elles aussi qui marquent les grandes étapes de la vie quand elles sont par exemple offertes par un parrain à son filleul pour un baptême ou par des parents à l'occasion d'un mariage...

Ces recettes, souvent simples, sont celles que l'on se transmet de grands-mères à petits-enfants, qui ont à la fois le goût de la maison et celui de la découverte.

 

Une carte ludique qui référence et présente ces spécialités :

Les spécialités céréalières ont désormais leur carte de France ! Un support ludique et accessible à tous qui participe à la promotion des cultures et des savoir-faire régionaux que nous vous proposons de découvrir en cliquant sur l'image ci-dessous.

 

Redécouvrez ci-dessous quelques gourmandises céréalières régionales :

Le kouign amann

Ce gâteau venu tout droit de Bretagne est né – comme cela arrive souvent en cuisine – d’un hasard.

L’histoire raconte qu’un certain Monsieur Scordia, boulanger douarneniste en manque de pâtisseries à vendre, aurait inventé une recette en 1860 à partir des ingrédients qui lui restaient sous la main : pâte à pain, farine, sucre et (beaucoup) de beurre.

Un gâteau bien nommé puisqu’il signifie en breton gâteau (kouign) au beurre (amann).

>> Découvrez son histoire

   

La teurgoule

La teurgoule est un riz au lait parfumé à la cannelle qui se mange traditionnellement chaud en Normandie.

C’est si bon, mais si chaud, que l’on va littéralement « se tordre la gueule », d’où le nom teurgoule. Cela viendrait également de l’avidité avec laquelle les normands engloutissaient ce plat en se déformant la bouche (la goule).

Pour les uns, la recette serait née sous Louis XIV. Les corsaires normands récupérant à cette époque les cargaisons – riches en épices et en riz – des navires de retour du Nouveau Monde. Pour les autres, la recette existait bien avant cela et on retrouve même une variante dans Le Viandier de Taillevant paru en 1310.

>> Découvrez son histoire

   

La pissaladière

Le mot « pissaladière » est l’adaptation du niçois pissaladiero désignant une « tarte à l’oignon aux anchois et aux olives ».

Cette variante niçoise de la pizza doit son nom à sa garniture d’anchois. En effet il est composé de l’ancien provençal peis « poisson » et de sala participe passé de salar qui correspond au français « saler ».

Traditionnellement faite avec de la pâte à pain, la pissaladière peut également être réalisée à base de pâte feuilletée dans une version plus luxueuse.

>> Découvrez son histoire

   

Les crozets

Avec les crozets, les taillerons et les fidés, la Savoie possède une longue tradition de pâtes.

Les crozets sont des petits carrés de pâtes qui peuvent être blancs ou au sarrasin. Le nom de crozet vient du petit creux que l’on fait en pressant la pâte avec le doigt.

Les crozets se préparent souvent en gratin ou, comme cette recette, à la manière des pâtes classiques.

>> Découvrez leurs histoires

   

Le cannelé

Le cannelé bordelais semble bien être une invention récente et son origine reste assez floue. Les canelons que l’on dégustait au XVIIIe siècle n’avaient rien à voir, tout comme la corporation des canauliers bordelais qui fabriquaient du pain béni et des échaudés.

Les cannelés se sont rapidement répandus dans toute la France où ils sont particulièrement appréciés.

>> Découvrez son histoire

 

 

D'autres articles du même auteur
Mook CERES 5
Culture
Gastronomie
Ceres est la première revue consacrée à l’imaginaire des céréales, à leurs...
variétés de céréales avec et sans gluten
Gastronomie
Intolérance, hypersensibilité, allergie… Les effets du gluten sur la santé sont...
Nicole Fouassier en conférence
Portraits
Agricultrice à la retraite installée à Ouzouer-sous-Bellegarde dans le Loiret,...