Le pain n'est pas perdu | Passion céréales - Les céréales

Le pain n'est pas perdu

© Fotolia - senteliaolga

Bruschetta, bâtonnets de poisson pané ou pain perdu... A toutes les étapes du repas, de nombreuses recettes permettent de donner une seconde vie au pain sec.

Les temps sont au recyclage et à la consommation éco-responsable ? Bonne nouvelle pour les adeptes de la cuisine : il existe, au moment de la préparation des plats, une multitude de recettes très simples pour mettre ces principes en application. Voici quelques idées pour donner une seconde vie à votre pain sec. De quoi vous permettre de joindre l'utile à l'agréable.

 

En croûtons

C'est sans doute la plus simple des solutions anti-gaspillage : le pain sec coupé en dés peut être utilisé comme croûtons pour agrémenter une soupe ou une salade. Ils peuvent être servis nature ou à l'ail, après avoir été frottés contre une gousse. Autre solution : les faire revenir à la poêle avec du beurre ou du jus de viande.

En bruschetta

Elles sont particulièrement appréciées à l'apéritif. Les tartines croquantes faites maison constituent une délicieuse manière de recycler son pain sec. Vous pouvez optez pour les bruschetta italiennes. Servies comme antipasti, elles ont été préalablement frottées avec une gousse d'ail et recouverte d'un filet d'huile d'olive. A vous de réaliser ensuite une garniture selon vos envies. Les bruschetta les plus simples seront composées de dés de tomates fraîches et d'un soupçon de basilic. Mais bien d'autres recettes sont possibles : mozzarella, fromage de chèvre, jambon cru, tapenade... Place à l'imagination !

En chapelure

C'est une autre valeur sûre pour les adeptes du recyclage du pain. La chapelure maison est en outre très facile à réaliser. Une fois que son pain est bien sec, il faut le découper et le passer au mixeur. Une chapelure qui sera le point de départ de nombreuses recettes.

En accompagnement croustillant pour des pâtes

Miettes ou chapelure de pain permettent d'accompagner de manière originale vos pâtes. L'idée vient d'une recette (le pangrattato) prisée, jadis, des Italiens qui voyaient là une alternative économique au fromage pour accompagner leurs pasta. Il faut faire revenir la chapelure avec une matière grasse (beurre, huile d'olive...) et ajouter ensuite ail, herbes aromatiques de son choix ou bien encore des raisins secs. Il est aussi possible de réaliser la recette en ajoutant des anchois, du thon ou des sardines. Cette accompagnement croustillant sera ensuite incorporée au plat de pâtes.

En bâtonnets de poisson panés

Autre utilisation pour la chapelure maison : les poissons panés. La recette est on ne peut plus simple :  coupez du poisson blanc ou du saumon en bâtonnets. Trempez-les successivement dans de la farine, de l’œuf battu puis de la chapelure. Un passage à la poêle... et les bâtonnets sont prêts !

En farce pour volailles ou légumes

Le pain dur est cité dans de nombreuses recettes comme un ingrédient parfait pour réaliser une farce. Là encore, la recette est facile à réaliser. Une fois émietté, le pain est trempé dans du lait. On ajoute alors de l'œuf à la préparation et, enfin, les ingrédients qui vont donner sa saveur à la farce : la viande hachée ou la chair à saucisse ainsi que, selon vos envies, de l'ail, de l'oignon ou des herbes. La farce est prête pour accompagner volailles et légumes.

Et bien sûr... En pain perdu !

C'est sans doute la solution anti-gaspillage la plus connue : le pain perdu. Une petite Madeleine dont la saveur suffit à nous faire replonger en enfance. Pour réaliser ce dessert, coupez des tranches de pain sec et trempez-les brièvement sur les deux faces dans un récipient contenant un mélange de lait, d’œufs entiers et de sucre. Il vous suffit ensuite de les faire chauffer dans une poêle beurrée. Les plus gourmands pourront les agrémenter d'une boule de glace à la vanille ou d'une crème anglaise.

Et découvrez aussi une variante : la coupetade ! Spécialité lozérienne, la coupetade est un dessert situé entre le pain perdu et le far aux pruneaux auquel on ajoute des raisins secs. Son nom vient du plat en terre profond dans lequel il était cuit, le « coupet ». Assez dense – et également économique puisque l’on utilise du pain rassis – cette recette se prépare généralement en grande quantité.

D'autres articles du même auteur